L’exposition permanente du Musée d'histoire illustre des thèmes choisis de l’histoire de la ville, du Moyen Age à aujourd’hui. Diverses œuvres d’art religieux réputées, comme la danse macabre et le trésor de la cathédrale de Bâle, mettent un accent particulier sur l’époque de la Réforme. Au sous-sol, l’exposition «Les chemins de la connaissance du monde» présente la vie quotidienne et le monde imaginaire du Moyen Âge, avec des tapisseries bâloises hautes en couleurs du XVe siècle, ainsi que des collections de la Renaissance à l’époque baroque, en particulier un grand cabinet de curiosités reproduisant l’univers en miniature. Le riche héritage archéologique de la région, qui remonte jusqu’aux Celtes, est également représenté, avec d’autres précieuses collections culturelles comme le cabinet des monnaies et le butin bourguignon.

Information importante: Le Musée Historique de Bâle installe dans le chœur de l’église des Cordeliers une nouvelle galerie sur les croyances au Moyen Age. Pour cette raison, le chœur restera fermé au public jusqu’en janvier 2018. Il sera ponctuellement accessible à partir de janvier 2018. La nouvelle exposition sera inaugurée solennellement le 22 mars 2018. 

Schliessen Details

Bâle – symboles et images

Depuis toujours, la puissance, le règne, le rang, le statut social, les valeurs et les vertus sont symbolisés par des signes représentatifs. Les pauvres et les riches, les gouvernants et les sujets, les habitants et les étrangers introduisent des symboles révélateurs de leur personnalité et des idées de leur époque.

L’exposition dans la nef illustre l’histoire de la ville du Moyen Age à aujourd’hui, dans toute la richesse de symboles et d’images avec lesquels se distinguaient l’Etat et différents groupes de la société. On peut voir ainsi des pièces de monnaie frappées à Bâle, des vues du plan Merian, des statues ayant orné les fontaines publiques, des armoiries et des manteaux d’apparat du Conseil de la ville. Il s’y ajoute des symboles populaires comme le basilic ou le Lällekönig, ou d’autres exemples du passé récent comme un drapeau de syndicat de maçons italiens et une veste punk du mouvement AJZ (Autonomes Jugendzentrum).

Schliessen Details

Des événements bâlois

Sept jalons choisis de l’histoire de la ville de Bâle sont présentés dans les niches du jubé. L’iconoclasme de 1529 est aussi thématisé, au milieu du chœur, avec une statue de Saint Laurent qui survécut à la destruction. Ces sept sujets rappellent des étapes majeures dans l’histoire de la ville, depuis le Moyen Age jusqu’à aujourd’hui. Grâce à des objets particulièrement curieux ou précieux du domaine culturel, la présentation évoque ainsi la construction du premier pont de Bâle au XIIIe siècle, le tremblement de terre de 1356, la fondation de l’université, la Réforme à Bâle, la politique européenne et régionale, et l’industrialisation de la ville au XIXe et au XXe siècle.

Schliessen Details

Le trésor de la cathédrale de Bâle

Avec une histoire remontant à un millénaire, le trésor de la cathédrale de Bâle est l’un des ensembles religieux médiévaux des plus éminents. Il rappelle le pouvoir religieux et politique des évêques sur la ville. Cette collection, réunie au cours de plus de cinq siècles, comprend des reliquaires, des ostensoirs, des crucifix et d’autres objets liturgiques, le plus souvent en or ou en argent, épargnés par la vague d’iconoclasme qui se déferla sur la Suisse en 1529. Cependant, la décision de séparer Bâle et ses environs en deux demi-cantons conduisit à une vente aux enchères en 1836 et le trésor fut en partie dispersé. Sur le jubé sont exposés les deux tiers des soixante-dix objets environ que comprenait le trésor. Les autres objets se trouvent dans des musées à Amsterdam, Berlin, Londres, New York, Paris, St-Pétersbourg, Vienne et Zurich.

Schliessen Details

Corporations et sociétés bâloises

Les corporations jouèrent longtemps un rôle prépondérant à Bâle dont elles nommèrent le gouvernement jusqu’en 1798. Les corporations réunissaient les membres de différents corps de métiers, commerçants ou artisans, à une époque florissante au sortir du Moyen Age. Pendant des centaines d’années, les corporations régirent les affaires professionnelles dans la ville et influencèrent aussi l’économie, la politique et la vie sociale au-delà de Bâle. L’exposition de la galerie ouest montre quatre siècles de domination des corporations. Leurs trésors somptueux en argent datant de l’époque baroque constituent un sommet de l’orfèvrerie bâloise.

Schliessen Details

Art religieux avant la Réforme

Le chœur de l’église des Cordeliers fournit un cadre idéal pour l’art religieux du XVe et du début du XVIe siècle. Les triptyques d’autel et de nombreuses œuvres sont regroupés en un  ensemble de sculptures et de peintures sur bois du gothique tardif. Certaines de ces œuvres furent réalisées à Bâle et ont ainsi survécu à la période iconoclaste de 1529. D’autres proviennent de Suisse centrale ou du sud-ouest de l’Allemagne. L’autel monumental voué à Marie est un chef-d’œuvre datant de 1512, dû à Ivo Strigel de Memmingen. Il se trouvait à Santa Maria au sud des Grisons.

Dans le passage sous le jubé, des vitraux de la même époque témoignent du sommet de l’art et de la technique atteints par les ateliers de Bâle et de Strasbourg.

Une partie de l’exposition est consacrée aux témoignages de la piété en privé au Moyen Age: insignes de pèlerins, petits autels domestiques, images saintes, chapelets, etc. qui servaient à la dévotion chez soi ou en voyage.

Schliessen Details

La danse macabre de Bâle

Cette fresque murale a été réalisée lors du concile de Bâle (1431–1448), peut-être sous l’influence de l’épidémie de peste de 1439. Cette peinture s’étirant sur une soixantaine de mètres se trouvait sur le mur intérieur du cimetière du couvent des Dominicains. Elle représentait une procession d’une quarantaine de personnages grandeur nature que la Mort accompagnait vers leur fin. Toutes les couches sociales du monde médiéval et tous les âges de la vie y figuraient: l’empereur et l’impératrice, l’évêque et l’abbesse, le juriste, le médecin, la noble dame, le cuisinier, etc.

En 1805, le mur du cimetière fut démoli mais dix-neuf fragments furent sauvés et se trouvent aujourd’hui au centre de la présentation. En outre, 42 petites reproductions des couples donnent une idée de l’ampleur de cette fresque autrefois monumentale.

Schliessen Details

Œuvres de la nature et de l’imaginaire. Tapisseries du Moyen Age

Les tapisseries du XVe siècle comptent parmi les plus grands trésors de la collection. Les descriptions hautes en couleurs de la vie en société, de scènes galantes, d’êtres fabuleux et d’hommes sauvages illustrent des représentations idéalisées de la vie quotidienne et aussi d’antimondes fantastiques. Les tapisseries, dont certaines longues de six mètres, sont accompagnées de verreries, de meubles, de cassettes et de faïences de poêle, replaçant les tapisseries dans leur contexte de la fin du Moyen Age.

Schliessen Details

Grand cabinet de curiosités

Des globes, des ivoireries tout en filigrane, des coupes, des cristaux, des montres, des herbiers, des animaux naturalisés, des peintures, des sculptures, des gravures, des instruments scientifiques, des objets antiques, exotiques ou bizarres: depuis le XVIe siècle, les collectionneurs réunissaient les objets les plus divers et spectaculaires dans leurs cabinets d’art et de curiosités selon leurs passions, leurs études et leur intérêt pour l’art, la nature et la science. Les cabinets d’art et de curiosités reflètent aujourd’hui encore leur soif de connaissances mais aussi leur vision du monde. L’exposition prend sa source dans des collections bâloises privées, rassemblées par des personnages renommés tels qu’Erasme de Rotterdam, Basilius Amerbach et Remigius Faesch ou encore Jacob Burckhardt, et les présente dans un nouvel arrangement thématique.

Schliessen Details

Joyaux et coups de canons – le butin bourguignon

En 1476, au cours des batailles de Morat et de Grandson contre le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, les Confédérés mirent en déroute les troupes bourguignonnes et s’emparèrent d’une quantité innombrable d’armes et d’objets précieux.

En tant qu’alliée des Confédérés, la ville de Bâle reçut une part du riche butin et le conserva en témoignage de cette victoire historique. Cependant, une grande partie du butin fut dispersée au cours des siècles. On peut voir ici des canons artistiquement ornés, des aquarelles originales des joyaux perdus de Charles le Téméraire, et une cotte de mailles qui lui est attribuée.

Schliessen Details

L’histoire du monde entre les mains. Monnaies et médailles

Les pièces de monnaies circulent depuis plus de 2500 ans. Elles constituent un témoignage historique important sur la vie quotidienne et sur le commerce, que ce soit à Bâle ou dans d’autres régions. La collection présentée donne un aperçu du monde financier avant l’époque moderne et illustre la forme et la fonction de l’argent. L’atelier d’orfèvrerie et de frappe des pièces permet de suivre les méthodes de fabrication.

Les médailles, tout en étant apparentées aux pièces de monnaie de par leur forme, n’étaient cependant pas un moyen de paiement. Elles portaient en général sur l’avers le portrait du commanditaire et servaient des buts aussi bien artistiques que de propagande. L’exposition montre aussi des pièces de monnaie et des médailles qu’Erasme de Rotterdam gardait en souvenir.

Schliessen Details

Des mondes cachés: l’archéologie à Bâle

A Bâle, nous nous tenons littéralement sur notre passé. Plus les archéologues explorent le sous-sol de façon approfondie, plus le passé se révèle complexe. Les Celtes bâtirent ici deux agglomérations importantes avant que les Romains n’annexent la future ville de Bâle dans leur empire. Après le retrait des troupes romaines, les Alamans introduisirent au coude du Rhin de nouvelles influences culturelles issues de leurs régions germaniques, et surtout une nouvelle langue, alémanique, dont dérivent nos dialectes suisses-allemands. Sous le règne franc, le premier siège épiscopal fut établi sur la colline de la cathédrale.

Des objets précieux découverts dans les tombes, bijoux, vaisselle et outils, sont les témoins de cette histoire mouvementée. Des maquettes des agglomérations et de méticuleuses illustrations reposant sur des découvertes authentiques donnent un aperçu vivant du développement de la ville de Bâle, depuis l’époque celte jusqu’au siège de l’évêché. Différentes stations sur les fouilles, incitant à tester, deviner ou écouter rendent la visite attrayante aussi pour les enfants.