Monnaies et Médailles

Depuis des siècles, à Bâle, des monnaies et des médailles de différentes qualités sont devenues, de propriétés privées, des biens publics une partie du Cabinet Amerbach (1661), du Musée Faesch (1823) ou de la riche collection d'un colonel Brüderlin (1917), le vaste Cabinet Schorndorff (1911/1943), ou le butin de collectionneurs passionnés par un seul thème, comme les spécialistes de l'Antiquité et d'histoire ancienne Daniel Bruckner (1778), Johann Jakob Schmid (1857), Wilhelm Vischer (1864), Auguste Quiquerez (1880), Johann Jakob Bachofen (1921), Andreas Alföldi (1982), Leon Der Grigorian (1989), comme encore les amateurs des monnaies et médailles de Bâle et de sa région Hieronymus Falkeisen (1815), Louis Ewig (1894/1917), Friedrich August Lichtensteiger (1957) et bien d'autres. Chaque collection est le résultat de l'intelligence numismatique des premiers propriétaires et de leurs héritiers, si bien qu’on trouve en même temps dans le Münzkabinett des raretés, des séries vastes, mais aussi de sensibles lacunes dans l'histoire des monnaies et des médailles. La collection publique monétaire est abritée à Bâle comme aujourd'hui encore en d'autres lieux dans la bibliothèque publique. En 1849, elle fut transférée dans le nouveau Musée de l'Augustinergasse, annexée à la collection des Antiquités, et finalement au Musée Historique de Bâle fondé en 1892.

Le Cabinet des Médailles de Bâle comprend environ 66’000 objets du VIIe siècle av. J.C. jusqu’à aujourd'hui. C'est une collection universelle, avec des pièces venant du monde entier sauf d'Extrême Orient. Billets de banque ou témoignages de l'histoire de l'argent ne sont représentés que par des pièces isolées. En revanche, les projets et modèles de médailles, les plaquettes et jetons de la Renaissance, les sceaux et les ordres, de même que d'autres objets traditionnellement conservés dans les cabinets des médailles furent répartis, comme relevant de l'histoire politique ou de l'histoire de l'art, dans d'autres départements du musée.

Parmi les monnaies (environ 11’000 antiques, environ 21’000 du Moyen Age et modernes), les mieux représentées sont les pièces de Bâle, les monnaies romaines ou de la Renaissance, de même que les bractéates de la région souabe alémanique. La section topographique comprend quelque 13’000 monnaies et pièces numismatiques avec sites attestés (canton de Bâle Ville, anciennes trouvailles de toute la Suisse et de l'étranger).

Les médailles (environ 13’000) forment une section de niveau international, avec d'excellents exemples de la Renaissance italienne et allemande, et des oeuvres importantes de médailleurs ultérieurs. Sont conservés environ 500 coins à frapper les monnaies et les médailles dans les ateliers bâlois. A cela s'ajoutent les coins (environ 900) du médailleur bâlois Hans Frei (1868 1948) de l'an 1950. Les balances à monnaie (60 exemplaires) du XVIe au XIXe siècle sont représentées dans leurs types les plus importants.

Les pierres précieuses gravées (plus de 600 : 60% d'antiques, 40% environ de modernes) forment également une section du Cabinet des Médailles. Quelques dactyliothèques c'est à-dire des ensembles complets de moulages de plâtre ou de soufre de célèbres intailles antiques ou modernes , attestent l'intérêt florissant porté par les XVIIIe et XIXe siècles à la glyptique.

Lire la suite

Autres collections